Copropriété : quelle chaudière choisir en immeuble ?

Rédigé par Antoine
06 août 2021
Temps de lecture : 6 min
choisir sa chaudière en immeuble

Dans un immeuble, le choix du système de chauffage est important. L’enjeu est d’offrir aux résidentes et résidents le meilleur confort thermique, mais aussi de limiter les consommations énergétiques. Quel type de chaudière choisir en copropriété ? Quels sont les éléments importants à vérifier ? Voici un tour d’horizon des différents équipements disponibles.


5 000 immeubles déjà rénovés : Hellio vous accompagne dans vos démarches



infographie-essentiel-retenir-hellio-copropriete-choisir-chaudiere-immeuble

Quels sont les critères importants pour choisir le chauffage en copropriété ?

Lorsque l’on choisit un nouveau chauffage en copropriété, individuel ou collectif, l’investissement se fait sur le long terme : ce projet doit être réfléchi en amont, en tenant compte de plusieurs critères.

Le prix d’une chaudière en copropriété

Picto_Immeuble_PièceChanger de système de chauffage en copropriété représente un budget important : coût de l’équipement, rémunération de la main d'œuvre, éventuelles opérations de mise en conformité, etc. Cela dit, il faut prendre en compte la rentabilité de l’opération sur le long terme :

  • Premièrement, en fonction de l’équipement choisi, la copropriété peut prétendre à certaines aides financières, réduisant ainsi le coût global de la facture.
  • Deuxièmement, il est essentiel de regarder de plus près les économies d’énergie possibles grâce au nouveau chauffage. Une consommation énergétique mieux maîtrisée, c’est l’occasion pour tous les habitants de réduire leur facture de chauffage.
picto chiffre HellioLE CHIFFRE HELLIO : 3,8 millions

Selon le ministère de la Transition écologique, 3,8 millions de ménages en France ont du mal à payer leurs factures de chauffage. Dans ces conditions, s’équiper d’un système de chauffage plus performant et moins consommateur apparaît comme une priorité.

Les performances

On peut notamment apprécier la performance d’un équipement en observant son rendement énergétique (c’est-à-dire l’énergie produite par rapport à celle qui est consommée). Par exemple, une chaudière à basse température présente généralement un rendement entre 85 à 90 %. La chaudière à condensation dépasse souvent 90 %.

Toutefois, le rendement affiché ne doit pas constituer l’unique critère de décision : chaque copropriété a ses besoins spécifiques et une situation propre qui peut influencer la performance énergétique de l’équipement.

L’émission de gaz à effet de serre

picto info HellioL’INFO HELLIO :

Remplacer une chaudière dans une copropriété nécessite l’accord des copropriétaires lors de l’assemblée générale. Ce type de travaux doit être voté à la majorité absolue (dite majorité de l’article 25) : il faut obtenir la majorité des voix de tous les copropriétaires de l’immeuble.

Les copropriétés sont en première ligne pour s’engager dans la transition énergétique. Pour diminuer la consommation d’énergie dans le secteur résidentiel, elles doivent donc opter pour des équipements peu gourmands et pour des énergies plus écologiques. À ce titre, le fioul est à bannir : trop polluant, il sera peu à peu interdit. Le gaz est une bonne alternative, à condition de faire le choix d’une chaudière à haute performance (HPE voire THPE).


Remplacez votre système collectif avec Hellio, partenaire des copropriétés


Les types de chaudières collectives

L’immeuble peut faire le choix d’un chauffage collectif. Une option qui présente de nombreux avantages pour les résidentes et résidents : ils ne seront pas encombrés par une chaudière dans leur logement, et tous les frais seront partagés. Il existe plusieurs appareils qui permettent de fournir du chauffage à l’ensemble de la copropriété.

La chaudière à gaz

C’est le type de chaudière collective le plus courant dans les chaufferies des immeubles. La chaudière à gaz est, en effet, très utilisée en copropriété, puisque le gaz naturel (gaz de ville) est très répandu. Pour autant, les anciennes chaudières sont particulièrement énergivores, et ne fournissent pas un confort optimal aux habitants. Il convient de privilégier la chaudière à condensation ou à basse température : des modèles bien plus performants et économiques.

Les avantages et inconvénients de la chaudière à gaz

Picto_Pouce_HautLa chaudière à gaz est particulièrement intéressante en copropriété, car l’approvisionnement est facile, et le confort thermique idéal lorsque l’on choisit un équipement performant. Elle permet d’assurer aussi bien la production de chauffage que d’eau chaude sanitaire. De plus, l’énergie utilisée présente un prix compétitif. Le choix d’une chaudière à condensation offre un rendement optimal, grâce à la récupération de chaleur latente présente dans la vapeur d’eau des fumées.

En revanche, la chaudière gaz est une installation qui nécessite un entretien rigoureux, sans oublier que le gaz est inflammable. Il est indispensable de poser des détecteurs de monoxyde de carbone pour la sécurité des habitantes et habitants.

Chaudière à gaz : le prix et les aides

Symbole EurosLe prix d’une chaudière collective dépend du nombre de lots. Dans tous les cas, le coût sera réparti entre les copropriétaires, selon leur quote-part. Le remplacement d’une ancienne chaudière par un modèle plus performant peut donner droit à différentes subventions de l’État. Le dispositif MaPrimeRénov’Copro est accessible dans le cadre d’une rénovation globale permettant une amélioration de 35 % (minimum) de la performance énergétique.

Pour le remplacement d’une chaudière sans autres travaux, la copropriété peut bénéficier de l’éco-PTZ, du taux de TVA réduit à 5,5 % ou encore de la prime CEE : opération BAR-TH-107.

La chaudière fioul

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO :

Avant de changer la chaudière en copropriété, il peut être judicieux de faire réaliser un audit énergétique. Ce dernier permet d’étudier en détail les besoins de l’immeuble et de proposer des travaux d’amélioration énergétique. Ainsi, il peut être intéressant de coupler le remplacement du système de chauffage avec une optimisation de la consommation d’énergie au sein de l’immeuble, en procédant à une isolation des combles et des planchers bas, et/ou à un calorifugeage.

Le fioul est dans le collimateur du gouvernement, qui souhaite le bannir totalement dans les bâtiments. C’est en effet une énergie trop polluante, plus recommandée pour chauffer un immeuble. L’installation de nouvelles chaudières fioul sera d’ailleurs totalement interdite dès 2022. Pour les copropriétés, c’est l’occasion de se tourner vers un mode de chauffage plus écologique et plus économique.


Une résidence collective plus économe et écoresponsable


Les types de chaudières individuelles

chaudiere-emissions-fumeesDans une copropriété, le chauffage peut aussi être individuel : il s’agit souvent de radiateurs électriques, mais aussi de chaudières. Dans ce cas, chaque logement est équipé de son propre système, et les copropriétaires profitent d’une plus grande liberté de choix. Le revers de la médaille ? C’est à eux de prendre en charge les frais d’entretien, et d’effectuer les démarches en cas de panne. Certains travaux peuvent aussi nécessiter une implication et/ou un accord de la copropriété, notamment si l’installation implique une rénovation des conduits d’évacuation, pour mise aux normes.

La chaudière à gaz

Avec une chaudière à gaz individuelle, chaque logement est équipé d’un appareil. Chaque ménage gère ainsi son équipement et son entretien. Ce système est privilégié lorsque l’immeuble ne dispose pas d’une chaufferie, mais cela implique en revanche d’avoir suffisamment de place dans les appartements. Le coût global est aussi particulièrement élevé, puisqu’il faut compter autant de chaudières qu’il y a de lots, contrairement à une chaudière collective qui permet de mutualiser les dépenses.

Dans le cas d’une chaudière individuelle, c’est à chaque copropriétaire de décider de son remplacement. Il pourra bénéficier des aides individuelles proposées par le dispositif MaPrimeRénov’ : jusqu’à 1 200 € pour les chaudières à gaz à très haute performance. L’aide est cumulable avec les CEE (certificats d’économies d’énergie). Les ménages peuvent aussi bénéficier de l’éco-PTZ et de la TVA réduite à 5,5 %.

Selon l’Ademe, l’installation d’une chaudière à condensation gaz coûte entre 3 000 et 5 000 €.

Le chauffage électrique

picto-radiateur-chauffageDans un immeuble, il est aussi possible d’opter pour un chauffage électrique : l’installation est plutôt simple et économique, tout comme l’entretien. Cependant, c’est une solution qui nécessite une très bonne isolation pour éviter des factures d’électricité trop élevées. Elle est plutôt déconseillée dans les anciens immeubles qui ne sont pas rénovés.

Plus rare que des émetteurs, il existe aussi la chaudière électrique, couplée à un réseau de chauffage central. La résistance électrique fait chauffer l’eau des radiateurs ou du plancher chauffant. Cette chaudière peut être double service, pour assurer aussi la production d’eau chaude, ou être complétée par un chauffe-eau.

La mise en place d’un système de chauffage électrique individuel n’ouvre pas le droit à MaPrimeRénov’. En revanche, il est possible de bénéficier d’une prime énergie grâce aux CEE pour le remplacement d’anciens convecteurs par des radiateurs électriques performants.

En fonction du type de radiateur, il faut compter, selon l’Ademe, entre 1 500 € et 6 000 € (pour 5 appareils).

Type de chauffage

Individuel / Collectif

Les +

Les -

Aides

Bon à savoir

Chaudière gaz

Collectif

Prix de l’énergie compétitif

Facilité d’accès au gaz naturel

Pas de stockage

Produit dangereux et inflammable

Entretien rigoureux

MaPrimeRénov’ / CEE / éco-PTZ / TVA réduite

Choisir une chaudière à très haute performance énergétique

Chaudière fioul

Collectif

Approvisionnement simple

Combustible très polluant et cher

Pas d’aides

Interdiction en 2022

Chaudière gaz

Individuel

Liberté des résidents

Chaque ménage gère l’entretien

Espace nécessaire dans chaque appartement

MaPrimeRénov’ / CEE / éco-PTZ / TVA réduite

Chaque propriétaire doit effectuer les démarches

Chauffage électrique

Individuel

Installation facile et économique

Indépendance des résidents

Factures de chauffage élevées en cas de grille-pain ou si l’isolation est mauvaise

CEE pour radiateurs électriques performants

La chaudière ionique fait une percée sur le marché


Les alternatives pour se chauffer en copropriété

reseau-chaleur-immeubleLa chaudière n’est pas la seule option pour chauffer un immeuble. Des alternatives se démocratisent, comme le réseau de chaleur urbain. Il s’agit d’une chaufferie centralisée, en dehors de l’immeuble, qui permet de desservir plusieurs immeubles. Pour la copropriété, cela représente de nombreux avantages : pas de chaudière, de stockage ou d’entretien à prévoir. Ce réseau est de plus en plus alimenté par des sources d’énergies renouvelables.

La pompe à chaleur est moins courante, mais reste tout de même envisageable pour les petites copropriétés. La PAC peut puiser son énergie dans l’air (aérothermie) ou dans le sol (géothermie) : dans tous les cas, c’est une source gratuite (hors fonctionnement électrique de l’appareil) et inépuisable. Selon la taille de l’immeuble, la pompe peut être combinée à une chaudière, et faire ainsi partie d’un système hybride.

Enfin, la chaudière biomasse ou à granulés est plus répandue dans les maisons individuelles, mais peut aussi convenir à un petit immeuble. Comme la PAC, elle pourra être associée à une chaudière à gaz, pour une installation mixte.


À la recherche du meilleur système de chauffage pour votre copropriété ?


Tags associés : Rénovation énergétique, Chauffage

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Isolation
  • Chauffage
  • Rénovation globale
  • Prime énergie

Retrouvez toutes nos solutions en économies d’énergie