Le calorifugeage de la tuyauterie de chauffage à la loupe

Rédigé par Antoine
Mis à jour le 04 nov. 2021
Temps de lecture : 5 min
calorifugeage tuyauterie de chauffage

Les travaux de calorifugeage, qui ciblent la tuyauterie de chauffage dans les parties communes, limitent le gaspillage d’énergie. Cette opération valorise la copropriété, la rend plus propre et contribue à réduire le montant des charges. Autant de bonnes raisons de se lancer, à une période où les tarifs de l’énergie n’en finissent plus d’augmenter.


Déjà 7 000 immeubles rénovés par Hellio


infographie-essentiel-retenir-hellio-copropriete-calorifugeage-tuyauterie-chauffage

Qu’est-ce que le calorifugeage ?

Définition

picto-tuyau-calorifugeage-bleuLe mot « calorifugeage » provient du latin « calor » et « fugere », ce qui signifie littéralement « fuir la chaleur ». C’est une opération technique qui consiste à isoler les tuyaux de chauffage et d’eau chaude sanitaire dans les parties communes des immeubles.

Souvent, les isolants posés sur les tuyaux ont le même âge que les bâtiments. Usés par le temps, ces matériaux dégradés sont peu, voire plus du tout efficaces.

En pratique, le calorifugeage consiste donc à recouvrir d’un matériau hautement isolant les tuyaux d’eau chaude sanitaire et de chauffage ; ainsi que les tuyaux transportant les fluides frigorigènes, lorsque l’immeuble est climatisé. Ainsi, les déperditions de chaleur diminuent, et les performances thermiques de la copropriété s’améliorent.

Picto_Pouce_HautSelon les données d’Hellio, la pose d’isolants de classe 3, bien plus performants que les matériaux ancienne génération, permet de réaliser des économies globales de 5 % sur les factures des immeubles, voire davantage si le patrimoine est particulièrement dégradé.

Le déroulé des travaux de calorifugeage

Les travaux de calorifugeage se déroulent dans les chaufferies et les parties communes. Ils s’articulent en plusieurs étapes.

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO :

En complément des travaux de calorifugeage, il est conseillé de procéder à l’isolation des points singuliers dans les chaufferies et les sous-stations de l’immeuble. Ces travaux consistent à poser des matelas amovibles sur toutes les vannes, les réducteurs, les clapets et les filtres. À la clé, une réduction des déperditions énergétiques supplémentaire, et donc une baisse des dépenses énergétiques pour la copropriété.

  1. La vérification de l’état des conduits. Diamètre extérieur des tuyaux ou encore conductivité thermique font partie des éléments contrôlés à la loupe. Ces données techniques conditionnent le choix des isolants.
  2. Le choix des isolants. Un large panel de matériaux est disponible. Notamment, des laines minérales (laine de roche, laine de verre…), des mousses synthétiques (polyuréthane, polystyrène extrudé…) et des isolants naturels (ouate de cellulose, liège, fibre de bois…). Un expert en maîtrise de l’énergie saura vous apporter des conseils sur les isolants à privilégier selon les caractéristiques de vos bâtiments, vos exigences et votre budget.
  3. La technique de pose du nouvel isolant. Après dépose de l’ancien, un nouvel isolant peut être placé sur les tuyauteries. Il peut être projeté sous forme de mousse ou mieux, être posé via un système de coquille. Cette protection épouse la forme des tuyaux, et garantit ainsi une performance optimale.
  4. L'examen éventuel du chantier par un bureau de contrôle indépendant. Des professionnels viennent procéder à la vérification de la totalité du chantier. Ils contrôlent notamment le type d’isolant utilisé. Il faut en effet poser obligatoirement un isolant de classe 3 pour bénéficier des dispositifs de primes. Ces contrôles aléatoires contribuent à limiter les arnaques au calorifugeage. Ils attestent la qualité des travaux effectués et le sérieux des artisans.

Le calorifugeage financé jusqu’à 100 % avec Hellio


Les avantages du calorifugeage de la tuyauterie de chauffage

Moins d’énergie gaspillée

calorifuageage-tuyauxDans les immeubles où l’eau chaude ou le système de chauffage sont collectifs, les déperditions de chaleur au niveau des tuyauteries mal isolées sont élevées. Un problème d’autant plus important lorsque la chaudière se trouve loin des points d’acheminement tels que robinets et radiateurs : sur son chemin, l’eau perd de nombreux degrés.

L’isolation des conduits de tuyauterie permet de réduire sensiblement ces pertes thermiques. La chaudière n’a alors plus besoin d’autant de puissance pour satisfaire les besoins des occupants. Par conséquent, ces derniers peuvent tirer une eau légèrement plus froide de leur robinet, ou baisser légèrement le niveau de leurs radiateurs, pour un confort similaire.

C’est aussi l’occasion pour la copropriété d’améliorer sa classe énergie sur le DPE (diagnostic de performance énergétique). Une meilleure lettre = une plus-value en cas de mise en vente ou location.

Des économies pour la copropriété

C’est la conséquence directe de la réduction du gaspillage : grâce à l’isolation des tuyaux, les factures d’eau chaude et de chauffage collectif diminuent. Ceci permet à la copropriété de réaliser des économies sur le long terme, et de réduire le montant des charges de copropriété.


Hellio accompagne les copropriétés avec son expertise AMO


Un meilleur confort des résidents

Si les tuyaux d’eau chaude ou de chauffage sont mal isolés, les résidentes et résidents doivent systématiquement régler leurs robinets ou radiateurs aux températures les plus élevées.

picto-thermostat-temperature

Après les travaux de calorifugeage, les résidents profitent d’une eau chaude à température constante. C’est la fin des « chauds-froids » intempestifs sous la douche, ou pendant la vaisselle !

picto chiffre HellioLE CHIFFRE HELLIO : 55 °C

C’est en général la température de l’eau chaude au départ de la chaudière collective. Mais cette eau peut perdre plusieurs degrés avant d’arriver à destination. C’est plus particulièrement vrai lorsque les tuyaux sont longs, et qu’ils traversent des zones non isolées tels que des caves ou des garages.

Des parties communes valorisées

Le calorifugeage lutte contre l’insalubrité des parties communes. Cette opération évite en effet le gel des canalisations durant l’hiver, et les infiltrations causées par la condensation. Finis les tuyaux vétustes qui s’effritent au sol des caves et des parkings. Les parties communes et les sous-sols sont plus sains, plus propres, plus agréables.

photo-francois-charpentier-moncalorifugeagegratuit-rond« D’un point de vue esthétique, c’est absolument génial, il n’y a pas d’autres termes... et cela nous permet de faire une économie de chauffage. »

M. Charpentier, membre du conseil syndical de la résidence de l'Espace à Vitry-sur-Seine

Par ailleurs, le chantier de calorifugeage peut révéler la présence d’amiante. Dans ce cas, la copropriété peut déclencher un plan d’action concret de désamiantage, qui va assainir et valoriser l’immeuble.

Des travaux peu contraignants

picto info HellioL’INFO HELLIO :

En plus du calorifugeage, la copropriété peut prévoir de programmer des chantiers d’amélioration énergétique complémentaires comme l'isolation thermique des murs ou de la toiture. Ce bouquet de travaux va permettre à l’immeuble de réaliser un bond en avant en matière de performances énergétiques. Cette valorisation profite à tous les copropriétaires, notamment à celles et ceux qui envisagent une revente.

Le calorifugeage fait partie des travaux de rénovation les moins contraignants. En effet, il n’est pas nécessaire d’intervenir sur le gros œuvre pour isoler la tuyauterie, et tout se passe dans les parties communes peu visitées, sans gêne pour les habitants.

De plus, les entreprises de calorifugeage veillent à laisser le chantier propre, notamment en entreposant le matériel nécessaire aux travaux dans une seule et même pièce, et en évacuant plusieurs fois par semaine les anciens isolants dans des sacs, direction la déchetterie !


Comment voter le calorifugeage des tuyaux en copropriété ?

Les travaux de rénovation énergétique impliquent, en général, un vote à la majorité absolue en assemblée générale (AG).

picto-main-vote-urneCe processus peut s’avérer fastidieux. Cependant, dans le cadre d’opérations financées à 100 % via diverses aides publiques ou versées par les fournisseurs d’énergie, le passage à l’acte peut être plus rapide. En effet, aucune avance de trésorerie n’est demandée lorsque la résidence valide les conditions d’éligibilité. Un point déterminant pour les copropriétaires, qui peuvent alors se décider plus vite.

definition-calorifugeage-tuyaux-homme-gaine

Quelles aides demander pour cette opération ?

Les CEE

Grâce au dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie), le chantier de calorifugeage peut être pris en charge jusqu’à 100 %, si :

  • L’immeuble a plus de 2 ans et dispose d’un réseau de chauffage ou d’eau chaude collectif ;
  • Le précédent isolant est d’une classe inférieure ou égale à 2 ;
  • Le nouvel isolant est d'une classe supérieure ou égale à 3 jusqu'en 2021. À partir de 2022, c'est même un isolant classé 4 qui est exigé pour obtenir la prime CEE de calorifugeage ;
  • Les linéaires du réseau à calorifuger font 350 mètres minimum.

MaPrimeRénov’

Ce dispositif de l’Anah prévoit deux types de primes à destination des copropriétés qui souhaitent rénover :

  • Une subvention versée aux propriétaires occupants et bailleurs pour financer les travaux d’isolation, de ventilation ou de changement de mode de chauffage. Malheureusement, le calorifugeage n’entre pas dans ce pérmiètre ;
  • Une prime collective versée au syndicat de copropriétaires, pour un bouquet de travaux pouvant inclure des travaux de calorifugeage.

cible_flèche-1Pour être éligible à la seconde, MaPrimeRénov’Copro, le chantier doit permettre un gain énergétique d’au moins 35 %. Le projet peut ainsi comprendre une isolation thermique par l’extérieur (ITE), un remplacement du système de chauffage, un changement des fenêtres et un calorifugeage par exemple. De plus, le recours à l’AMO (assistance à maîtrise d’ouvrage) est obligatoire.

D’autres dispositifs complémentaires

Pour financer des travaux de calorifugeage, les copropriétés peuvent aussi profiter :

  • De l'éco-PTZ collectif, éco-prêt à taux zéro élargi aux syndicats de copropriétaires depuis 2014 ;
  • De la TVA au taux réduit de 5,5 % ;
  • D’autres dispositifs complémentaires accordés par la CAF ou par Action Logement, notamment dans le but de rénover les copropriétés dégradées ou fragiles.

RGEÀ noter que, pour profiter de la plupart des dispositifs d’aide, le syndic de copropriété doit faire appel à des professionnels certifiés RGE (reconnus garant de l’environnement). En revanche, ce n’est pas le cas pour la prime CEE dans le cadre d’une opération de calorifugeage.


Définissez un plan de travaux adaptés avec Hellio


Tags associés : Rénovation énergétique, Calorifugeage

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Rénovation globale
  • Calorifugeage
  • Isolation
  • Chauffage

Retrouvez toutes nos solutions en économies d’énergie